Accueil > L'archive du mois > L'archive du mois > Les pompiers à Rillieux-la-Pape

L'archive du mois

Les pompiers à Rillieux-la-Pape

1I4_1_Rapport_intervention_recto

L'archive de ce mois de juillet fait suite à la précédente qui, pour rappel, permettait de retracer l'histoire du corps des sapeurs-pompiers de Rillieux jusqu'au début du vingtième siècle.

L'archive présentée ici est un rapport d'intervention des sapeurs-pompiers de Lyon concernant un incendie survenu à Rillieux le 27 août 1928. On peut y découvrir le déroulé d'une intervention et le fonctionnement du service.

Après la séparation de 1927, aux sapeurs-pompiers de Lyon d'assurer la protection des Rilliards et des Crépiards

Nous ne savons pas si la dissolution est due à la séparation de Rillieux et de Crépieux-la-Pape, mais l'ensemble de la compagnie décide collectivement de démissionner le 14 septembre 1926. Les deux nouvelles communes font alors appel au corps des sapeurs-pompiers de Lyon pour intervenir en cas de sinistre. Un accord est passé avec la Ville de Lyon et les deux communes sont désormais abonnées moyennant une souscription annuelle et une indemnisation par intervention prenant en compte les kilomètres parcourus par les engins qui ont décalé.

Tandis qu'à Rillieux, un groupe de huit sapeurs-pompiers volontaires est maintenu pour assurer les premiers secours, à Crépieux-la-Pape, la pompe à incendie est rapidement vendue.

En 1948, les deux communes ne sont plus abonnées mais rattachées au corps des sapeurs-pompiers de la Ville de Lyon. Rien ne change dans le service rendu, mais elles doivent payer uniquement une cotisation annuelle au département du Rhône.

La caserne des sapeurs-pompiers de Rillieux-la-Pape

C'est dans les années 1970 que commence à se poser la question de la construction d'une caserne sur le territoire de la commune. Sa construction débute seulement la décennie suivante ; la première pierre étant posée en 1988.

Aujourd'hui, le secteur d'intervention des sapeurs-pompiers de la caserne de Rillieux-la-Pape inclut le territoire de la ville mais également celui des communes métropolitaines alentours. Constitué de professionnels et de volontaires, le centre fait partie, au sein du SDMIS (service départemental-métropolitain d'incendie et de secours), du groupement Centre-Nord basé à Lyon Croix-Rousse.

En annexes

  • Un courrier des sapeurs-pompiers de Lyon du 19 décembre 1930 remerciant la commune de Crépieux-la-Pape pour son don suite à la catastrophe de Fourvière où dix-neuf sapeurs-pompiers lyonnais avaient trouvé la mort. Cela démontre la très forte solidarité des collectivités et des habitants envers leurs sapeurs-pompiers
1I4_1_Rapport_intervention_verso